Après la pluie guyanaise, la neige stambouliote et l’annulation du vol initial pour Adana, l’équipe du lycée Matiti arrive enfin à destination ! Composée de quatre lycéens, de deux étudiants en première année de BTS et de trois professeurs, la délégation guyanaise se déplace dans la cinquième ville de Turquie afin de représenter la France dans le cadre du projet de mobilité Erasmus « We start up ».

L’objectif premier de ce symposium, à plus de 9460 km de Cayenne, est de travailler en collaboration avec des élèves turcs, portugais, estoniens ou encore macédoniens sur la création d’entreprise, tout en découvrant la Turquie et la culture ottomane. Ainsi, la première étape de ce tour consiste, pour les Guyanais, à présenter dans la langue de Shakespeare les particularités historiques, géographiques et culturelles du territoire ultramarin dans lequel ils habitent. A l’issue de ce premier temps d’échange et forts de leur premier Adana kebab, plat à base d’agneau typique de cette région méridionale de Turquie, le groupe achève la journée par une baguenaude dans le centre historique de la ville et la visite de la mosquée centrale Sabancı.

Les jours suivants l’équipe ultramarine part découvrir la ville d’Antioche et la Cappadoce. Curieux, impavides et animés d’une véritable envie de connaître les cultures de leurs camarades européens, les élèves du lycée agricole ont l’occasion unique de visiter l’un des plus prestigieux musée archéologique d’Anatolie, de découvrir l’église Saint-Pierre, l’un des plus anciens édifices chrétiens du monde, d’humer les senteurs des étales du bazar antiochien ou encore d’observer les étranges formations géologiques et habitations troglodytes du parc national de Göreme.

Cette escapade culturelle achevée, la tribu guyanaise, de plus en plus à l’aise en anglais et ayant définitivement converti leurs camarades lusitaniens et turcs à la pratique du français, se remet au travail. Une série de questions avec, Ali Tezcan, PDG de l’entreprise Tezkim et créateur de l’usine de bioéthanol d’Adana, puis la visite de la chambre de commerce et d’industrie locale, avec prise de notes active et initiation au négoce en bourse du coton. Ultime étape de cette immersion dans le monde de l’entrepreneuriat : le déplacement sur l’université des sciences et des technologies d’Adana afin de prendre la mesure des recherches menées par des doctorants sur les nanotechnologies et, ainsi, mieux appréhender ses applications futures dans les objets de notre quotidien.

Déterminés à revoir la canopée amazonienne, les six camarades parachèvent leur labeur en faisant une présentation orale de leur projet d’entreprise et se voient délivrés, par les autorités turques, un diplôme européen de mobilité. Le périple turc de cette compagnie de joyeux drilles s’achève par une nouvelle anicroche de nature météorologique qui, même si elle conduit à une annulation de vol et à tumultueux retour vers l’Amérique du Sud, ne saura, à coup sûr, entamer leur motivation, leur enthousiasme et leur inventivité.